Affiche-SimplePlan2014-lowres

C’est quoi ton PLAN de lutte à l’homophobie en milieu scolaire?

Imaginez un projet, réalisez-le et faites-nous en part! Vous pouvez ainsi gagner un prix pour votre école, voir vos efforts reconnus et inspirer les autres.

Qu’est-ce que c’est?

La Fondation Simple Plan a choisi d’appuyer le GRIS-Montréal et le GRIS-Québec, deux organismes de démystification de l’homosexualité et de la bisexualité en milieu scolaire, en remettant le prix GRIS-Fondation Simple Plan. Ce prix s’adresse aux écoles primaires et secondaires de toute la province et récompensera des initiatives novatrices prises par des élèves ou des intervenants scolaires pour combattre l’homophobie ou démystifier l’homosexualité et la bisexualité à l’école.

Ce prix remplace le prix GRIS-Montréal que l’organisme remettait à l’origine à des projets développés dans des écoles de sa région.

Qu’est-ce qu’on gagne?

Le prix GRIS-Fondation Simple Plan est doté de deux bourses de 2 000 $. Les écoles primaires et secondaires de l’est de la province pourront soumettre leur projet au GRIS-Québec et les jeunes et intervenants scolaires de l’ouest du Québec devront soumettre leurs initiatives au GRIS-Montréal (voir les Règlements qui suivent pour connaître la région administrative de votre institution). En plus d’une bourse de 2 000 $, chacune des deux écoles gagnantes se verra remettre une plaque commémorative et un certificat sera attribué à chacun des participants au projet.

Afin de respecter la philosophie du prix, les lauréats devront utiliser leur bourse pour financer des activités futures dans leur milieu scolaire, activités visant cette fois à lutter contre toute forme de discrimination (racisme, sexisme, homophobie, etc.).

Pourquoi avoir créé ce prix?

Au cours de leurs visites dans les écoles et par les demandes d’information ou d’aide que les GRIS reçoivent, les bénévoles des GRIS sont à même de constater que dans certaines institutions, des jeunes ou des intervenants scolaires organisent des activités géniales qui rencontrent directement les objectifs des GRIS.

Nous pensons que de telles activités, que nous appelons « projets », méritent d’être mieux connues et reconnues afin d’encourager d’autres élèves et intervenants scolaires à prendre position et à bâtir une école plus ouverte à la diversité et libre d’homophobie.

Des exemples de projets déjà réalisés

  • Un groupe d’élèves ont organisé une vente de t-shirts sur lesquels il était écrit « You don’t have to be gay to stand up for gay rights » (Il n’est pas nécessaire d’être gai pour défendre les droits des gais).
  • Une intervenante scolaire a placé bien en vue un immense tableau sur lequel étaient affichées les photos d’homosexuels, hommes et femmes, qui, par leur œuvre, leur vie ou leurs activités, sont admirés et peuvent servir d’inspiration à tous.
  • Un jeune a fait toutes les démarches nécessaires pour que le « coupe-feu » du système informatique de son école cesse d’empêcher l’accès aux sites sérieux d’information sur l’homosexualité.
  • Les élèves d’une classe de 2e secondaire ont fait un film, comme un téléroman avec trois histoires différentes, intitulé L’homophobie ça tue! Le film a été présenté aux autres élèves de l’école pour susciter une discussion afin de diminuer les préjugés envers les homosexuels.
  • Des élèves ont fait deux « piñatas » sur lesquelles étaient inscrites les insultes et les injures qui sont souvent adressées aux personnes homosexuelles. Ils ont ensuite invité leurs pairs à venir détruire la piñata des préjugés en la frappant à coups de bâton. Cette activité a été diffusée sur la radio étudiante de l’école au cours d’une émission spéciale. Cette émission comprenait aussi un choix de chansons popularisées par des artistes gais ou des icônes de la communauté gaie, un aperçu des dates importantes qui ont marqué l’histoire de la communauté gaie et des informations sur les ressources destinées aux jeunes gais ou en questionnement et sur les événements de la communauté gaie de Montréal.

Règlements

Le prix GRIS-Fondation Simple Plan est ouvert à tous les projets visant à combattre l’homophobie ou à démystifier l’homosexualité et la bisexualité, réalisés dans une école primaire ou secondaire du Québec.

Régions administratives et adresses

Pour l’ouest du Québec, les écoles situées dans les régions administratives suivantes :
04 Mauricie
05 Estrie
06 Montréal
07 Outaouais
08 Abitibi-Témiscamingue
13 Laval
14 Lanaudière
15 Laurentides
16 Montérégie
devront faire parvenir leur dossier, avec le formulaire signé, au GRIS-Montréal :
Par la poste à :
C.P. 476, succursale C, Montréal QC H2L 4K4
ou par courriel :
en joignant tous les documents numérisés, à info@gris.ca
Pour l’est du Québec, les écoles situées dans les régions administratives suivantes :
01 Bas-St-Laurent
02 Saguenay-Lac-St-Jean
03 Capitale-Nationale
09 Côte-Nord
10 Nord-du-Québec
11 Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine
12 Chaudière-Appalaches
17 Centre-du-Québec
devront faire parvenir leur dossier, avec le formulaire signé, au GRIS-Québec :
Par la poste à :
363, rue de la Couronne, bureau 201, Québec QC G1K 6E9
ou par courriel :
En joignant tous les documents numérisés, à info@grisquebec.org

Le projet peut avoir été entrepris par un ou des intervenants du milieu, par un ou des élèves, ou encore par un groupe composé d’intervenants et d’élèves.

Le projet peut être mis en candidature par la ou les personnes qui ont réalisé le projet, par toute autre personne de l’école où le projet a été réalisé, ou par une personne extérieure à l’école qui a eu connaissance du projet. Dans ces deux derniers cas, il est souhaitable d’impliquer les personnes qui ont réalisé le projet dans la rédaction du dossier de candidature et l’une d’elles doit signer le formulaire de candidature.

Le projet devra avoir été réalisé au cours de l’année scolaire en cours, sauf pour les initiatives qui ont un caractère permanent. La date limite de remise des candidatures est le 30 juin.

Les projets seront jugés sur leur caractère innovateur, leur facilité à être reproduits dans d’autres écoles et l’impact qu’ils auront eu sur leur milieu. Le jury se réserve aussi le droit de décerner un prix spécial, sous une forme qu’il estimera appropriée, à un jeune ou aux jeunes qui aura (auront) réalisé un projet qui se démarque très nettement des autres projets soumis, soit par sa qualité, son ampleur ou son originalité.

Un jury sera composé par le GRIS-Montréal pour le prix Ouest du Québec et un par le GRIS-Québec pour le prix Est du Québec. La décision des jurys sera finale et sans appel.

Le prix Ouest du Québec sera remis au mois de septembre, durant la conférence de presse organisée pour le lancement de la campagne annuelle de financement du GRIS-Montréal.

Le prix Est du Québec sera remis au mois de septembre, dans le cadre de la Fête Arc-en Ciel, activité à laquelle participe le GRIS-Québec.

Les lauréats

2016

web-remise-prix-gris-fondation-simple-planC’est au Collège de Montréal, à l’occasion du lancement de notre 13e campagne de financement que le prix GRIS-Fondation Simple Plan a été remis à l’école secondaire d’Oka. Le dynamique Groupe 101 initiateur du projet lauréat est composé d’une dizaine d’élèves du secondaire. Ayant à cœur l’égalité, ce groupe à mis en place une kyrielle d’activités de sensibilisation qui ne sont pas passées inaperçues dans leur école : création d’un drapeau humain aux couleurs arc-en-ciel, diffusion de messages informatifs à l’intercom de l’école lors de la journée de lutte contre l’homophobie et la transphobie, création de chandails, participation à la marche monde d’Oxfam Québec ou encore réalisation de vidéos de sensibilisation. Deux actions ont particulièrement été appréciées par les membres du jury et le groupe de rock Simple Plan, partenaire du prix : l’opération main dans la main organisée le jour de la Saint-Valentin et la campagne d’affiches intitulée « L’homophobie, ça n’a pas de sens » à voir sur leur page Facebook. Félicitations !

2015

École secondaire Saint-Joseph de Mont-LaurierLors de la 12e campagne annuelle de financement, Jeff Stinco, membre du groupe rock Simple Plan et les membres du GRIS ont remis le Prix GRIS-Fondation Simple Plan à l’école secondaire Saint-Joseph de Mont-Laurier afin de récompenser leur projet intitulé « Stoppons l’homophobie ». Ce projet d’envergure comportant plusieurs volets a eu un impact concret dans leur école. La création d’affiches, d’une page Facebook et de t-shirts portant le slogan « contre l’homophobie » ainsi que la distribution d’autocollants et de dépliants ont permis de sensibiliser les élèves sur les préjugés homophobes. Un sondage et un quiz ont également été diffusés pour, d’une part, mesurer le niveau de confort des élèves face à l’homosexualité et la bisexualité, et d’autre part, tester leurs connaissances sur ces sujets tout en apportant les bonnes réponses. Invités à participer au projet, les professeurs d’éducation physique ont, de leur côté, réalisé des capsules d’information sur l’homophobie dans le sport. Toutes ces initiatives ont rencontré un tel succès qu’elles ont fait l’objet d’une belle couverture médiatique locale.

2014
IMG_1115-web

À l’occasion de notre conférence de presse annuelle tenue le 14 septembre dernier, Jeff Stinco, membre du groupe rock Simple Plan et représentant de la fondation du groupe, a remis le 5e Prix GRIS-Fondation Simple Plan à l’école primaire Mountainview. Commençant le 28 novembre 2013, la Semaine contre l’homophobie organisée par l’école et ses 288 élèves (de la maternelle à la 6e année) a eu un vif succès. Tout au long de la semaine, chaque élève a eu la chance de suivre des ateliers adaptés à son âge et son niveau de compréhension. Toutes les classes ont appris la signification du drapeau arc-en-ciel et ont créé une affiche arc-en-ciel sur laquelle ils ont signé pour s’engager à ne pas faire subir d’intimidation à leurs pairs. À la fin de la semaine, l’école a organisé une grande assemblée où les plus jeunes enfants ont chanté « Love makes a family » qu’ils avaient pratiquée toute la semaine. Les plus vieux ont partagé leurs pensées par rapport à la Semaine contre l’homophobie et ont lu des poèmes qui dénoncent l’homophobie et encouragent la diversité sexuelle. Le projet s’est aussi démarqué par la volonté de l’école d’informer les parents au sujet de leur motivation à faire vivre cette semaine aux élèves. Ils ont en effet produit un dépliant qui démystifie les différentes orientations sexuelles et explique pourquoi cette cause est importante pour l’école, démontrant du même coup l’importance d’être ouvert face à la différence.

 

2013

remisecheque-simpleplanLe 19 septembre dernier, nous avons remis, accompagnés de Jeff Stinco, membre du groupe rock Simple Plan et représentant de la fondation du groupe, le 4e Prix GRIS-Fondation Simple Plan au collège Letendre de Laval. Organisé dans le cadre de la journée internationale de lutte contre l’homophobie, le 17 mai 2013, le colloque du collège Letendre Comprendre et respecter la différence afin de contrer l’intimidation, l’homophobie et la violence a permis à plus de 165 personnes de choisir parmi 16 ateliers donnés par des spécialistes des questions d’intimidation et d’homophobie. C’est à l’initiative de Marc-Antoine Sylvestre, un élève de secondaire V, que l’équipe-école du collège a décidé de mettre sur pied ce projet d’envergure. Ce colloque rassembleur s’intéressait à des sujets aussi variés que l’intimidation, le coming-out et la cyberintimidation, en plus d’offrir des exemples d’activités éducatives à réaliser avec des jeunes. Selon Marc-Antoine : « ce projet a été un franc succès compte tenu du fait que nous avons réussi à toucher à la fois les élèves, mais en plus de cela les parents de ceux-ci, tout le personnel de l’école et même certaines personnes via le compte Twitter de l’événement ».

2012

Le prix a été remis à l’école secondaire de la Rive de Lavaltrie et au Comité de lutte contre l’homophobie qui consistait d’abord en la création d’un comité de sensibilisation au sein de l’école. Constitué d’élèves de quatrième secondaire et d’une enseignante, le comité a planché sur plusieurs actions qui visent à conscientiser, démystifier et à offrir des ressources. Ils ont d’abord fait une bannière sur laquelle les élèves étaient invités à inscrire leur propre différence et à signer. Cette bannière a ensuite été affichée dans l’école pour le reste de l’année. Les jeunes ont également mis sur pied un réseau des alliés : des professeurs et des élèves étaient invités à porter des macarons ou des autocollants pour démontrer leur ouverture à la diversité. Le comité a aussi souligné la Journée internationale de lutte à l’homophobie en invitant tous les élèves à s’habiller de l’une des six couleurs du drapeau de la Fierté. Une photo de gens reproduisant un drapeau humain a été prise. Finalement, ils ont créé un recueil de témoignages de personnes lesbiennes, gaies ou bisexuelles de leur école ou l’ayant fréquentée, pour aider les jeunes en questionnement. Une liste des ressources disponibles était aussi incluse dans le recueil.

Mention spéciale à l’école primaire alternative Atelier

Le comité de sélection a également accordé une mention spéciale au projet Adoption d’un prisonnier politique de l’école primaire alternative Atelier d’Ahuntsic. Lors d’une visite de représentants d’Amnistie Internationale à leur école, les jeunes ont appris l’existence d’un Camerounais condamné à 36 mois de prison pour homosexualité. Consternés par cette injustice, les jeunes de l’école primaire ont décidé de « l’adopter » et de lui écrire chaque mois des lettres d’encouragement et de lui faire des dessins. D’abord un projet du comité jeune UNESCO, toutes les classes ont rapidement tenu à participer en rédigeant des mots d’encouragement ou en dessinant. Une photo du prisonnier était affichée dans chaque classe.

2011

Le GRIS-Montréal a remis le Prix GRIS-Fondation Simple Plan à l’École Joseph-François-Perrault de Montréal. Le documentaire Du pareil au même a été initié par Fatine-Violette Sabiri, étudiante de cinquième secondaire, et s’est étalé sur plusieurs semaines. Fatine-Violette a mené son projet seule en organisant d’abord la venue des bénévoles du GRIS-Montréal dans une classe de secondaire quatre. À cette occasion et jusqu’en janvier 2011, elle a planifié, organisé, réalisé et filmé plusieurs entrevues et rencontres avec différents intervenants pour présenter un documentaire d’une trentaine de minutes devant des élèves les 1er et 2 février 2011. Traitant de plusieurs aspects de l’homosexualité (le coming-out, les réactions de l’entourage, le défilé de la Fierté, etc.), son documentaire touchant et empreint d’espoir cherche à démontrer que peu importe les attirances, tous sont égaux et d’abord humains.

2010

Le GRIS-Montréal a décerné au Collège Bourget de Rigaud la première bourse de 2 000 $ attribuée pour l’ouest du Québec. Chantal Charpentier, psychoéducatrice, a mis en œuvre et piloté dans son institution le projet gagnant L’homophobie, non merci! D’avril à juin, plusieurs activités ont été réalisées auprès de tous les élèves, de la cinquième année du primaire jusqu’en secondaire V. En plus d’avoir fait venir les bénévoles du GRIS-Montréal dans toutes les classes de ces niveaux, elle s’est adjoint des groupes de jeunes pour, entre autres, créer des affiches et produire deux vidéos sur l’acceptation des différences, dont une traitant de l’effet des gestes, paroles et comportements homophobes.

2009

Le prix a été décernée au Collège Mont-Saint-Louis de Montréal pour son activité Abattons les préjugés! Douze étudiantes de troisième, quatrième et cinquième secondaires, sous la supervision de la technicienne en intervention spécialisée et de la psychoéducatrice de l’école, ont organisé une activité qui incitait leurs pairs à faire éclater les préjugés sur l’homosexualité, préjugés que les élèves en charge du projet avaient inscrits sur des ballons remplis de peinture. En faisant exploser les ballons, on révélait peu à peu un drapeau aux couleurs de l’arc-en-ciel, symbole consacré de la fierté gaie. Les jeunes responsables du projet voulaient créer une activité simple, claire et récréative, misant sur l’énergie pour attirer la foule et ensuite s’attarder au message. Elles ont tenu leur kiosque le 21 mai 2009, quelques jours après la Journée internationale contre l’homophobie.

2008

Le prix a été remis à l’école secondaire Ozias-Leduc, de Mont-St-Hilaire, pour la création de la comédie musicale Elles, dont le thème principal était l’homosexualité féminine. Une élève en 5e secondaire, Andréanne St-Louis, a écrit la pièce, incluant les textes et la musique des 19 chansons. Elle en a aussi assuré la mise en scène et la production, secondée par deux autres élèves, Benjamin Samson et Arica Cabral. Cinquante-cinq élèves ont été impliqués dans le projet pendant un an, sous la supervision de plusieurs professeurs, et le spectacle a été présenté devant plus de 700 élèves et parents d’élèves.

2007

La première édition du prix a été décernée au Collège Durocher Saint-Lambert, à St-Lambert, pour avoir organisé une pétition géante par laquelle ceux et celles qui la signaient s’engageaient à ne plus tenir de propos homophobes. « Je m’engage à cesser d’utiliser des expressions homophobes » a été organisée en octobre 2006 dans le cadre d’une journée spéciale contre l’homophobie. En appui à cette initiative, des rubans jaunes qui symbolisaient l’ouverture et le respect envers toutes les orientations sexuelles ont été remis et fièrement portés par les élèves et les professeurs qui ont signé la pétition. Le symbole du ruban se voulait un rappel du fait que les mots ont un poids et que les insultes homophobes peuvent avoir une lourde portée chez ceux et celles qui les subissent.