GRIS logo

Claude Robillard en 5 questions

0 12 décembre 2017

L’année dernière, Claude Robillard a raconté son vécu personnel à 87 reprises, démystifiant ainsi les réalités homosexuelles et bisexuelles auprès de 2 260 jeunes. Une première pour un bénévole venant d’intégrer le GRIS ! Cela ne fait effectivement qu’un an et demi qu’il est entré « tête la première » dans notre bel organisme... Et ce, pour notre plus grand bonheur. Portrait.

 

1. Bonjour Claude ! Peux-tu te présenter comme en intervention ?

Je me nomme Claude, j’ai 62 ans, je suis homosexuel, retraité de l’enseignement et célibataire pour le moment. J’ai fait mon coming out à l’été 1999 (c’était mon bogue de l’an 2000 !) et depuis je ne porte plus le poids de ce secret sur mes épaules. J’ai été avec la mère de mes enfants pendant près de 25 ans et de cette belle union sont nés Olivier, mon fils de 31 ans lui-même papa trois fois, et Benoît 25 ans. Puis j’ai été avec Yvan pendant sept ans et par la suite avec Michel pendant cinq ans. Je suis bénévole à Vues et Voix*, ainsi qu’au nouveau CHUM de Montréal. Mais ma grande passion, c’est d’écrire des chansons et de les chanter.

2. Comment as-tu connu le GRIS ?

J’ai joint le GRIS-Montréal une fois arrivé à la retraite en octobre 2016. Ayant œuvré comme enseignant en musique au primaire, j’avais le goût d’aller vérifier au secondaire si je pouvais être utile d’une quelconque façon. J’avais connu l’organisme grâce à mon neveu Louis-Philippe qui dès ses 18 ans faisait des interventions de démystification. La facilité avec laquelle il avait fait son coming out et son aisance à partager sa vérité étaient pour moi une source d’inspiration, alors j’ai pris exemple et en vrai taureau j’ai foncé tête la première à vitesse grand V dans cette belle aventure que nous offre le GRIS-Montréal.

3. Le GRIS, c’est un organisme de 250 bénévoles gais, lesbiennes et bisexuel.les qui luttent quotidiennement contre l’homophobie en allant raconter leur vécu dans les écoles. Mais encore ?

Le GRIS-Montréal est pour moi LA tribune idéale me permettant de dialoguer avec les jeunes sur un des aspects les plus importants de nos vies : la sexualité et ses diversités. On leur offre un espace-temps pour échanger sur ces sujets essentiels.

4. La plupart des bénévoles du GRIS ont une anecdote marquante d’intervention. Quelle est la tienne ?

Je me souviendrai toujours de ce jeune qui, selon son enseignante, se vantait d’être homophobe. À la fin de la rencontre, il est venu vers moi d’un pas décidé, m’a serré la main d’une poignée franche, et m’a dit MERCI et bonne journée en me regardant droit dans les yeux. Je me suis dit : « Mission accomplie ! ».

5. Si tu avais reçu la visite du GRIS à l’âge de 15 ans, quelle question aurais-tu posée aux intervenant.es ?

Si j’avais eu des intervenant.es dans ma classe, je crois que je leur aurais demandé si le fait de vivre leur homosexualité les rendait plus heureux. Tiens, j’ai le goût d’y répondre : « Oh que oui et c’est tout un pas vers la liberté ! ».

* Organisme à but non lucratif qui produit des livres audio adaptés destinés aux personnes ayant une limitation visuelle, motrice ou d’apprentissage.

Laissez-nous un commentaire