« De l’autre côté du placard » : un nouveau guide du coming-out à l’intention du personnel scolaire

2 comments
1/06/2017
andreakpenou

Pour les personnes issues de la diversité sexuelle, le coming out en milieu de travail constitue sans l’ombre d’un doute l’un des plus complexes. Évaluer les risques sur sa carrière, mais aussi les bénéfices potentiels d’une telle révélation à son employeur, à ses collègues ou, dans le cas d’une enseignante ou d’un enseignant, à ses élèves, n’est pas chose facile.

Au GRIS-Montréal, nous recevons de nombreux témoignages et questions de personnes qui travaillent en milieu scolaire, et qui s’interrogent sur les impacts que pourrait avoir une telle démarche.

Déchirés entre l’envie de faire figure de modèles pour les jeunes LGBTQ, et la crainte d’être mis sur une voie de garage, de perdre leur crédibilité auprès des élèves, ou de recevoir des plaintes de parents, plusieurs cherchent des outils pour les guider dans leur réflexion. Loin de vouloir faire l’apologie du coming out en milieu scolaire, l’objectif de ce petit guide consiste à faire le point sur les recherches à ce sujet et à aider les personnes concernées par ces questions à analyser leur milieu. La décision finale restera un choix essentiellement personnel, chacun devra évaluer sa situation et prendre la meilleure décision possible en fonction de cette dernière.

de-l_autre-cote-du-placard-telecharger

Laissez-nous un commentaire

Mathé-Manuel Daigneault - 2 juin 2017

Bonjour,

Je trouve très pertinent la production de ce guide. Toutefois, je dois admettre être quelque peu confus, puisque vous alternez entre LGB, LGBQ, et LGBTQ+. Pourquoi le « T » disparaît-il aussi souvent? Je sais que les réalités trans ne sont pas les mêmes que celles des personnes homosexuelles ou bisexuelles. Cela dit, pourquoi nous inclure parfois dans votre guide mais pas d’autres? Déjà que la question du coming-out pour le personnel scolaire qui souhaiterait entamer sa transition en étant déjà à l’emploi d’un établissement ou d’une commission scolaire ne se pose pas réellement, puisque ce sera visible. Mais pour les membres trans du personnel scolaire qui ont déjà fait leur transition avant d’intégrer un milieu, la question du coming-out se pose au même titre que pour leurs collègues LGB…

Bref, je sais que le GRIS ne traite pas réellement des réalités trans, mais un peu de constance serait apprécié : soit vous nous incluez, soit vous ne le faites pas, soit vous justifiez pourquoi le « T » n’est présent dans toutes les circonstances.

Merci!

mariehouzeau - 2 juin 2017

Bonjour Mr Daigneault, Merci de l’intérêt que vous portez à ce projet et merci aussi de prendre le temps de nous faire part de vos commentaires. En fait, dans un but de rigueur scientifique, nous avons gardé les acronymes utilisés par les différentes recherches. Donc si une recherche mentionnait le T nous l’avons repris aussi et si une recherche ne portait que sur les LGB nous avons procédé de la même façon. En ce qui concerne les groupes focus que nous avons menés, étant donné que, malgré les appels fait à l’époque par les syndicats partenaires, nous n’avions pas eu de personnes trans* parmi les participants, nous ne pouvions relater quelque expérience que ce soit à ce sujet. Voila donc ce qui explique les différences. Merci encore de votre intérêt et n’hésitez pas à nous recontacter si vous avez d’autres questions.