En présence de Catherine Harel-Bourdon, présidente de la CSDM, le GRIS-Montréal a procédé aujourd’hui, à l’école primaire Rose-des-Vents, à un double lancement : celui d’un tout nouveau guide pédagogique basé sur le livre Modèles recherchés: l’homosexualité et la bisexualité racontées autrement, et celui de sa nouvelle campagne de financement, dont l’objectif cette année est de 275 000$.

 

UNE AIDE CONCRÈTE POUR LE RETOUR DES COURS D'ÉDUCATION À LA SEXUALITÉ 

Élaboré à partir d’une quinzaine de témoignages tirés de Modèles recherchés, ce nouvel outil pédagogique, offert en versions française et anglaise, aborde des sujets qui touchent particulièrement les jeunes, tels que le coming-out, l’intimidation et la discrimination basées sur l’orientation sexuelle ou l’expression de genre, et l’homophobie dans le sport. Robert Pilon, auteur de Modèles recherchés et initiateur du projet, a affirmé :
« Avec la récente réintroduction des cours d'éducation à la sexualité dans le programme, je pense ce guide pédagogique arrive à point nommé! Les histoires qu'il contient sont touchantes et les activités proposées sont pertinentes et faciles à mettre en place. Comme il s'utilise dans plusieurs matières, dont Français, Éthique et culture religieuse et même Éducation physique, je suis convaincu qu'il permettra de démystifier adéquatement plusieurs réalités reliées à la diversité sexuelle. »
 

DÉVOILEMENT D'UN OBJECTIF AMBITIEUX

Comme la mission du GRIS consiste essentiellement à Défaire les préjugés, une histoire à la fois à l’aide de témoignages donnés par des bénévoles lesbiennes, bisexuel.les et gais devant des élèves aussi bien que des personnes âgées, c’est sous ce thème que l’organisme a lancé sa campagne annuelle de financement avec un objectif ambitieux de 275 000$. Pour François Leclair, président de la campagne et vice-président du Groupe Leclair, les raisons de cet objectif sont claires :
« Avec moins d’un quart de son budget provenant de ressources gouvernementales, ce sont les dons du public et des entreprises qui permettent au GRIS de poursuivre sa mission. Car rencontrer des milliers de jeunes, former des centaines d’intervenant.es bénévoles, mesurer l’impact de notre travail à travers la recherche ou mener des projets spéciaux comme le nouveau guide pédagogique ne se fait pas sans argent. Aujourd’hui plus que jamais, le GRIS a besoin de vous. »
Les comédiens Vincent Bolduc et Macha Limonchik, porte-paroles du GRIS-Montréal, abondaient dans le même sens :
« Si le GRIS contribue depuis bientôt 25 ans à créer des environnements plus inclusifs pour les jeunes et les moins jeunes, c’est définitivement grâce à tous ceux qui nous soutiennent année après année. Nous les remercions du fond du cœur. »
 

REMISE DU PRIX GRIS-FONDATION SIMPLE PLAN À UNE ÉCOLE PRIMAIRE

Comme le veut la tradition, le GRIS-Montréal a profité de l’occasion pour remettre le prix GRIS-Fondation Simple Plan. Jeff Stinco, membre du groupe Simple Plan, était présent pour remettre les honneurs à l’école primaire Rose-des-Vents :
« Ce concours annuel encourage les jeunes à créer des projets de lutte à l’homophobie dans leur école. Grâce à ces projets, ils deviennent de véritables agents de changement dans leur milieu et c’est fantastique de voir que ça se passe dès le primaire ».
Trois jeunes filles, Maïté, Zéna et Éléonore, qui étaient l’an dernier en 4e, 5e et 6e année du primaire, ont été les instigatrices du projet récompensé par le GRIS et la Fondation Simple Plan. Elles avaient choisi d’aborder les réalités LGBT+ en écrivant et en illustrant l’histoire fictive d’Alexandra, un personnage trans.
 « Ce projet m'a appris énormément sur la communauté LGBT+ et sur la tolérance : chacun a droit à sa différence. J'ai aussi pris conscience que ce n'était pas une réalité toujours facile à vivre. Ça m'aide à comprendre comment ils se sentent, à être moins détachée et plus empathique », a expliqué Maïté en recevant le prix pour son école. « Félicitations à Maïté, Zéna et Éléonore qui reçoivent le prix GRIS-Fondation Simple Plan. Notre collaboration avec le GRIS-Montréal existe depuis de nombreuses années et notre collaboration est assurément appelée à se poursuivre dans le contexte des apprentissages d’éducation à la sexualité en milieu scolaire », conclut Catherine Harel Bourdon, présidente de la Commission scolaire de Montréal.